• Les Oiseaux

      Les OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes Oiseaux 

            Butor                 Cardinal              Condé              Courlis        Garde Boeufs       Martin              Merle              Moineau          Moineau

      Les OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes Oiseaux 

         Payenkë        Poule d'eau           Tec-Tec          Tec-Tec           Tisserin            Travailleur                       Zoizos  La Vierge     

      Les OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes OiseauxLes Oiseaux

        Zoizo Lunette        Veuve            Papangue         Macoua           Pétrel de Barau

    1 / Bellier ou Tisserin Gendarme  

    2 / Condé, Oiseau chapeau, Merle de Maurice, bulbul orphée (Pycnonotus jocosus emeria) 

    3 / Paille en Queue (Phaethon Lepturus) 

    4 / Cardinal (Foudia Madagascariensis) 

    5 / Veuve Dominicaine (Vidua Macroura)

    6 / Travailleur à Bec Rouge

    7 / Pétrel de Barau

  •  

    Le Pétrel de Barau est un oiseau marin endémique de l'île de La Réunion

    "Taille-vent", le Pétrel de Barau - "Pterodroma baraui" 
    que l'on peut facilement observer de nos côtes entre les mois de septembre et d'avril.

     

    "Taille-vent", le Pétrel de Barau - "Pterodroma baraui""Taille-vent", le Pétrel de Barau - "Pterodroma baraui"

     

     

     

     

     

     

     

     

     
      Reconnaissables du fait du contraste entre leurs dos

    gris cendré et leurs dessous blancs marqués d'une large

    virgule noire sous chaque aile, ils se rassemblent en

    grand nombre sur le littoral Sud et Ouest de l'île peu

    de temps avant la tombée de la nuit.


     

    Avec 38 cm de long et une envergure de 96 cm pour un poids variant entre 300 et 500 g, le vol du Pétrel de Barau lui à valu le surnom Créole de "Taille-vent". 

    "Taille-vent", le Pétrel de Barau - "Pterodroma baraui"

     

    Tel mon cerf-volant, avec lequel il semble d'ailleurs beaucoup

    apprécier voltiger, il joue des courants aériens au dessus

    des vagues, et enchaîne des changements brusques et

    imprévisibles de direction.

     


    Mais si les Pétrels de Barau se rassemblent au moment du couché de soleil, 

    "Taille-vent", le Pétrel de Barau - "Pterodroma baraui"

    ce n'est pas simplement pour nous permettre de mieux les observer...

    "Taille-vent", le Pétrel de Barau - "Pterodroma baraui"

     Le soir, profitant des courants d'air ascendants, ils rejoignent leurs nids là haut là haut là haut dans la montagne, à des altitudes allant de 2200 à 2800 m. Leurs routes suit en général les cours d'eau et les ravines, principalement ceux de la Rivière Saint Etienne et de la Rivière des Galets.

    "Taille-vent", le Pétrel de Barau - "Pterodroma baraui"

      

     
    Etrange comportement de la part d'un oiseau marin que l'on s'attendrait à voir se reposer à proximité immédiate de l'Océan.

    Les seules colonies de Pétrels de Barau au monde se situent dans les plus hauts sommets de notre île, sur les parois escarpées des Massifs du Piton des Neiges, du Gros Morne, et du Grand Bénare.

     

     

    C'est ici et seulement ici, que notre "Taille-vent" va se reproduire et donner naissance à un poussin unique par an pour assurer la pérennité de l'espèce.

    "Taille-vent", le Pétrel de Barau - "Pterodroma baraui"


    "Taille-vent", le Pétrel de Barau - "Pterodroma baraui"

     

    Pélagique du mois d'avril au mois de septembre, le Pétrel de Barau quitte nos côtes pour une migration d'environ 27000 km au dessus de l'Océan Indien en se dispersant vers le Nord et l'Est.

    Au cours de cette période, il survole la surface de l'eau à l'affût de petits poissons, de petits crustacés, et de jeune calamars qui constituent l'essentiel de sa nourriture.

     


    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    Pétrel de Barau, une espèce en Danger d'extinction


    La population de Pétrels de Barau est estimée entre 9 et 15000 individus. Ces chiffres peuvent paraître importants à l'échelle de l'île, mais ils le sont beaucoup moins à l'échelle du Monde. 

    L'endémisme le rend très vulnérable à l'activité humaine et ses conséquences, en premier lieu la prédation des chats et des rats. L'éclairage artificiel joue lui aussi un rôle important depuis quelques décennies : les jeunes désorientés par les lumières s'échouent loin de l'Océan lors de leur premier envol (entre fin mars et début mai) et sont incapables de redécoller.

    La SEOR, dont j'ai rejoint les rangs de bénévoles, mène entres autres, des campagnes de recueil des oiseaux en détresse. Chaque année, ce sont près de 1000 Pétrels de Barau qui s'échouent ... et en 2013 par exemple, environ 850 jeunes qui ont été recueillis, contrôlés, puis ensuite relâchés au cours de la seule période d'envol.

    "Taille-vent", le Pétrel de Barau - "Pterodroma baraui"

     

     Pour identifier certains oiseaux de La Réunion et consulter mes articles correspondants -> Clic ici

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Si je ne l'avais encore jamais identifié, c'est sans doute parce que j'ai du le confondre avec le Tisserin Gendarme.

    Travailleur à Bec Rouge (Quelea quelea)

     Le "Travailleur à Bec Rouge" est un bel oiseau d'une douzaine de centimètres originaire d'Afrique, qui a été introduit à La Réunion dans les années 2000.

    Travailleur à Bec Rouge (Quelea quelea) 

     

     


    S'il a un plumage presque similaire à celui d'un moineau la plus grande partie de l'année, il revêt des couleurs beaucoup plus remarquables lorsque arrive la période des amours.

     

     

     
    Ainsi, à l'approche de la saison des pluies, Monsieur le Travailleur s'équipe d'un masque facial de couleur noire et d'un plumage plus ou moins rouge pour séduire ces Dames.

    Travailleur à Bec Rouge (Quelea quelea)

     

     

     

    Pour Elles, la transformation est moins spectaculaire,
    et aucun masque Vénitien ne sera nécessaire pour se 
    permettre de faire des "bêtises" en tout anonymat.

    Son plumage nuptial reste sensiblement le même,
    mais son bec passe du rouge au brun-jaune.

     

     

     

     


    Les "Travailleurs à Bec Rouge" vivent en bandes assez importantes dans les zones de basse altitude. Ils se nourrissent principalement de graines et aiment survoler les plans d'eau où ils arrivent à se désaltérer en plein vol.
     

    Travailleur à Bec Rouge (Quelea quelea)

    Les arbres colonisés par un groupe de nos nouveaux amis sont chargés de nids plus ou moins bien finis. N'allez pas imaginer par cette simple constatation que le "Travailleur à Bec Rouge" est un piètre bâtisseur ! Il est tout à fait capable comme le Tisserin, de construire de petits nids douillets pour leur Belle, mais avant de finir leur ouvrage, il faudra que Madame lui accorde ses faveurs, sinon, c'est ailleurs qu'elle devra aller chercher un abri pour ses futurs petits.

    Travailleur à Bec Rouge (Quelea quelea)

    Lorsque l'accouplement s'est bien déroulé, ces Messieurs s'activent pour finir le travail commencé.

    Travailleur à Bec Rouge (Quelea quelea)Travailleur à Bec Rouge (Quelea quelea)

     

    La femelle pond entre 3 à 4 oeufs qui écloront au bout d'une incubation d'environ 12 jours. Les nouveaux venus seront alors élevés à la chenille et aux petits insectes avant de passer à leur nourriture définitive : les graines.

    Les "Travailleurs à Bec Rouge" supportent assez mal la chaleur et ont tendance à délaisser leurs dortoirs au cours de la journée pour se rendre dans des zones ombragées à proximité de plans d'eau. Si vous voulez les observer auprès de leurs nids, il faudra aller à leur rencontre à des heures ou les températures sont supportables.

    A bientôt pour de nouveaux oiseaux !         

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  •  

    Lorsque je l'ai aperçu pour la première fois, j'ai bien cru qu'il s'agissait d'un oiseau échappé d'une cage.

     

    Veuve-Dominicaine 9324

     

     

    C'est peut être d'ailleurs ce qui s'est passé il y a une vingtaine d'année lorsque cette espèce a été introduite à La Réunion.

     

    Veuve-Dominicaine 9279

     

     

    Originaire d'Afrique au sud du Sahara, la Veuve Dominicaine (Vidua Macroura) passe quasiement inaperçue dans son plumage éclipse.

     

    Veuve-Dominicaine 9244

    Ce qui est loin d'être le cas dans son plumage nuptial...

     

    Je trouve épatant de voir les transformations que peuvent subir les oiseaux pendant leurs périodes de reproduction. Ici, le mâle se pare de quatre rectrices noires d'une longueur pouvant atteindre 25 cm, et jadis brun strié de noir, le dessous de sa robe devient blanc et son dos pratiquement tout noir.

     

    Veuve-Dominicaine 9212

     

     

    Alors que le reste de l'année il n'y a aucune sorte d'agressivité au sein de la troupe qui est composé d'un très grand nombre d'individus, l'attitude de Monsieur n'est pas du tout la même avec sa monté de testostérone. Perché au sommet d'un Filao, il surveille son territoire en lançant  des cris composés d'un couinement rapide et de stridulations.

     

    Veuve-Dominicaine 9523

    A  la vue du moindre rival, il se jette dans les airs pour le déloger.

     

    Veuve-Dominicaine 9254

    C'est d'ailleurs une de ses activités principales.

     

    Veuve-Dominicaine-9491-copie-1.JPG

    Faire fuir les autres individus de son terrain de chasse.

     

    Veuve-Dominicaine 9534

      La Veuve Dominicaine se nourrit  principalement de graines, et lorsque je parle de chasse, il s'agit bien entendu de la recherche de femelles.

     

    Et en la matière, pour le moins que l'on puisse dire, les mâles ont un gros appétit. Les Veuves sont polygames et se constituent un harem qui peut aller jusqu'à une cinquantaine de demoiselles.

     

    Veuve-Dominicaine 9521

     

     

    Nous en arrivons donc à la deuxième occupation favorite de ces messieurs : la danse du ventre. Pour séduire ses compagnes, le mâle effectue un vol de parade assez complexe après avoir émis un cri de son perchoir.

     

    Veuve-Dominicaine 9413

    Il s'approche ...et...

     

    Veuve-Dominicaine 9525

    "pratique un vol stationnaire au dessus de la femelle pour lui exposer sa longue queue".

     

    Mdr, ça fait très exhibitionniste pour le coup, mais c'est comme ça que ça se passe.

    Les Belles tombées sous le charme de tant de délicatesses pratiqueront plus tard le "parasitisme de nidification", puisqu'elles pondront leurs oeufs dans le nid d'autres espèces sans pour autant détruire les oeufs déjà existants.

     

    Veuve-Dominicaine 9343

     

     

    J'ai passé quelques heures à observer les vols et à prendre des photos de ce bel oiseau. Bien souvent il se déplace dans cette position, comme un volant de babington propulsé par quelques battements d'ailes. Il m'a fait penser à un dessin animé dont seuls les plus très jeunes comme moi pourront se rappeler...

     

    wattoo

    Qui se souvient de "Wattoo Wattoo" ?

     

    La période de reproduction s'étend au cours de l'été, et vous pourrez apercevoir les Veuves là où il y a de grandes étendues d'herbe comme les parcs ou les terrains de golf. Pour ma part, c'est ici que je l'ai rencontré :

     

    Spot.JPG

     

    Ce site restera son territoire encore quelques semaines, alors si vous voulez le rencontrer... Veillez simplement à ne pas trop le déranger.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

    Il est facilement repérable tant que la couleur de son plumage nuptial fait contraste avec
    le vert de la végétation locale... mais ce  n'est pas toujours le cas.

     

    Cardinals 1320

    Le "Cardinal", ou "Foudi", est originaire de Madagascar. Il a été introduit dans les différentes îles de l'Océan Indien, et on le rencontre à La Réunion depuis le début des années 1800.

     

    Cardinals 9835

    Le plumage "éclipse" de cet oiseau est assez commun, et pendant quelques mois de l'année, il est assez difficile de le différencier d'un moineau femelle.

     

    Cardinals 9830

    C'est aux alentours du mois de septembre que s'opère l'extraordinaire transformation.

     

    Cardinals 9845

    Une à une, les plumes plutôt ternes des mâles, vont faire place au plumage "nuptial"

     

    Cardinals 9795

    ... d'un rouge vermillon éclatant.

     

    Cardinals-9797-copie-1.JPG

    N'est il pas magnifique avec son costume de feu ?

     

    Cardinals 0404

     

    Jusqu'au mois de mai, le Cardinal occupe son temps à construire des nids et à se reproduire. Au cours de cette période, il apporte une pointe de couleur supplémentaire à la nature, et fait partie de ces petits riens... de tous ces petits détails qui font, qu'il fait bon vivre à La Réunion.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    On le dit présent dans tous les Océans du Monde, mais je n'avais jamais eu la chance de contempler le vol d'un Paille en Queue avant de poser les pieds sur l'Ile de La Réunion.

     

    Paille-en-Queue 4242

    Il s'agit d'un magnifique oiseau marin qui mérite bien d'être l'un des emblèmes incontournables des Mascareignes tant il est singulier.

     

    Img 4416

     

     

    On ne sait pas vraiment à quoi lui servent ses deux rectices centrales qui peuvent mesurer jusqu'à 50cm et qui lui donnent une si belle allure.  

    Chez certaines espèces d'oiseaux, il s'agit d'un signe distinctif dont sont dotés les mâles, et qui entrerait dans les critères de sélection des femelles en période d'accouplement. Une théorie voudrait que les femelles choisissent le mâle avec le plus gros handicap (la plus longue queue ), afin que ses progénitures héritent des bons gènes qui lui permettent de survivre malgré celà... Théorie qui tendrait à s'effondrer chez le "Payenké" puisque mâles et femelles sont dotés des mêmes appendices.

     

    Img_5045.jpg

     

    Les autres rectrices, elles, fonctionnent à la façon d'un aérofrein pour les attérissages, mais aussi pour les changements rapides de directions dont il abuse, que ce soit pour chasser ou nous en mettre plein la vue.

    D'une envergure d'environ 1 m...

    Img 4420

    ... le plumage de ce "cerf volant" est totalement blanc au dessous...  

     

    Img 5038

    ... et présente des rayures noires sur le dessus.

     

    Paille-en-Queue 4241

     

     

    Spécialiste de la voltige, le "Paille en cul" est présent sur toute l'île. On le trouve aussi bien en bordure d'Océan qu'à l'intérieur des terres, dans les ravines et les cirques, où il joue avec les courants d'air.

     

    Paille-en-Queue 4355

     

    Rapide comme l'éclair, il pique à la vitesse d'une météorite sur ses proies, telles que poissons volants et crabes, qui n'ont pas le temps de le voir arriver.


    Au cours de mes observations, j'ai constaté la présence d'un nombre assez important de Paille en queue à l'approche d'une baleine. Ils ont même à ce moment là une hyper activité très sensible.

     

    Paille-en-Queue-3744.JPG

    C'est à mon avis un bon indice pour le repérage des cétacés...

     

    Paille-en-Queue-4626.JPG

    Que vous raconter d'autre que vous ne sachiez déjà ?

     

    Le Paille en Queue niche en hauteur, en général dans des infractuosités de la falaise, d'où il se "jette" pour décoller. En effet, l'envergure de ses ailes et ses petites pattes ne lui permettent pas de décoller sans effectuer le grand saut.

     

    Les trois derniers mois de l'année semblent être les plus propices à la nidification.
    La femelle pondra alors un oeuf unique qu'elle déposera à même le sol dans sa "grotte".

     

    Img_4418-copie-1.jpg

     

    A bientôt !

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique