• Les Randonnées


  • Avec un point culminant à 3070m, le Piton des Neiges est le plus haut sommet de l'île de La Réunion

    Le Piton des Neiges
     

    Sorti de la surface de l'Océan Indien il y a 3 à 4 millions d'années, ce Volcan est à l'origine de la naissance de notre île qui s'est agrandie au rythme de ses éruptions.

    Il y a environ 12000 ans, le monstre géant s'est endormi en laissant soin au Piton de La Fournaise de continuer activement le travail (dernière éruption en date le 4 février 2015), mais alors qu'il est considéré par beaucoup d'entre-nous 
    comme "éteint" , il n'est pourtant pas exclu qu'il reprenne de l'activité un jour, certaines secousses étant parfois enregistrées dans son secteur.
     

    Le Piton des Neiges
     

    Pour l'heure, le Piton des Neiges continue à attirer un nombre important de visiteurs qui se donnent pour la plupart rendez-vous au sommet, aux moments du coucher et du lever du Soleil.

    Il faut dire que lorsque le temps est dégagé, la vue est magnifique de là-haut ! 

    On s'aperçoit rapidement que l'île n'est pas bien grande et que tous les sites que nous connaissons sont à portée de nos mains... Autour, l'Océan et le ciel semblent se réunir à l'horizon derrière une fine soudure de nuages... Pour les chanceux, l'île Maurice viendrait parfois même agrémenter le paysage...

    Mais un tel panorama se mérite, et les chemins pour y accéder sont réputés pour être assez difficiles.

    Si vous êtes intéressés, préparez bien votre itinéraire à l'avance et prévoyez large au niveau de la durée d'ascension. Les temps indiqués peuvent être totalement faussés en fonction de la météo, et contrairement à ce que l'on peut croire, on a finalement pas mal de choix au niveau des points de départ : Cilaos pour les sentiers "du Bloc" et de "La Mare à Joseph", Le Dimitile pour le sentier "Jacky Inar", Bourg Murat ou Piton Mare à Boue pour le GRR2, Le Col de Bébour pour le sentier en prolongement de la Route Forestière... 

    Cette fois-ci, ce sera pour nous un départ à proximité du Piton Mare à boue à Bourg Murat. Un panneau indique le gîte du Piton des Neiges à 13 km et 5H de marche.

    Le Piton des Neiges

    Je ne pourrais malheureusement pas vous faire vivre cette rando pas à pas comme nous en avons pris l'habitude, la pluie m'ayant obligé par prudence à mettre mon matériel photo à l'abri, mais vous pourrez profiter du paysage une fois arrivés à destination.

    Le Piton des Neiges


    La météo semblait pourtant avec nous ce jour là, et j'étais persuadé pouvoir tester longuement mon nouvel objectif grand angle tout au long de l'ascension.

    Le Piton des Neiges


    Malheureusement, comme souvent ici en plein été austral, la couverture nuageuse prit rapidement le dessus sur le bleu du ciel dont nous bénéficions au départ.

    Le Piton des Neiges

     Ici, la vue sur la Ravine du Bras Sainte Suzanne est encore bien dégagée, et on arrive à imaginer "Grand Bassin" en contrebas du village de Bois Court.

    Le Piton des Neiges
    2H plus tard, nous voici sous les trombes d'eau auxquelles nous pensions pouvoir échapper ce jour là...

    Le sentier est réputé pour être boueux, mais à ce stade, on ne peut plus parler de sentier. Nous évoluons carrément dans le lit d'un ruisseau dont le débit augmente de plus en plus au fur et à mesure que le temps passe.

    Le Piton des Neiges

     



    Des heures et des kilomètres bien éprouvants avant d'apercevoir au loin dans le brouillard ce qui pourrait bien être le gîte qui nous permettra enfin de nous réchauffer et de nous reposer.

     

     

     

    Vous lirez un tas de choses plutôt négatives sur le Gîte du Piton des Neiges, et j'avoue y avoir réservé ma couchette un peu à reculons. Mais il n'y a pas le choix si vous ne voulez pas, au meilleur de votre forme, partir à 23H00 la veille pour espérer arriver au sommet pour 06H00 le lendemain matin... c'est soit le gîte, soit la tente.
    Pour ma part, je vais être plutôt gentil par rapport à certains, et pour rester objectif, je dirais que l'on est bien content de pouvoir s'y mettre a l'abri après cette longue marche sous la pluie, que l'on y mange bien, et que même si l'on y dort pas longtemps, on y est au chaud sous de bonnes couvertures.

     

    Réveil à 03H15 ! Il reste encore 2H de marche avant d'arriver au sommet

     zzz  sleep  zzz

     

     

    Départ à 03H52.... Il est exactement 05H50 lorsque nous arrivons à destination,

    Le Piton des Neiges

    et 06H06 lorsque le soleil pointe son nez. Nous avons de la chance car le ciel est bien dégagé smile

    En premier plan, perchés sur le sommet du Piton des Neiges : les visiteurs du dimanche.
    En arrière plan, sur la ligne d'horizon : le Piton de La Fournaise (toujours en éruption à cette date)
    Entre les deux, un peu plus bas : Bourg Murat et "les plaines".

    Le Piton des Neiges

    Les couleurs au petit matin ("grand matin" kom i di kréol) sont à tomber par terre !

    A gauche : le Grand Bénare. Au milieu : le Taïbit.  A droite le sommet du Piton des Neiges.

    Le Piton des Neiges

     Le Grand Bénare en face de nous, nous rappelle aussi des souvenirs nocturnes (par ici pour la rando

     

    Le Piton des Neiges

    Sur le côté gauche de la crête du Taïbit, le Cirque de Cilaos et son village

     

    Le Piton des Neiges 

    Même s'il est "ouvert" sur le Cirque de Cilaos, ce cliché donne une bonne idée de l’existence du Cratère du Piton des Neiges. 

     

    Le Piton des Neiges

    Les couleurs des Lichens et des roches volcaniques subliment le spectacle.

     

    Le Piton des Neiges

    Voici une petite heure que nous sommes en admiration devant ces paysages extraordinaires, et le soleil a déjà prit un peu de hauteur dans le ciel. Il est temps de rentrer si nous voulons avoir de bonnes conditions météo sur le sentier qui nous ramènera à la civilisation...

     

    Le Piton des Neiges

    Sur le retour, prenons notre mal en patience et profitons encore des paysages.
    Ici sur la gauche : le Cirque de Salazie, et au centre : la Forêt de Bébour.

    Rentrés au gîte pour prendre le café tant attendu, et repartis sans traîner à 10H, il nous faudra 03H30 dont 1H à nouveau sous la pluie pour descendre "Le Bloc".


    C'est une randonnée que nous ne recommencerons pas tous les jours, mais qui laisse des traces indélébiles dans les mémoires. Je sais que parmi mes lecteurs, certains ne sont pas en mesure de partir pour une telle expédition ou sont tout simplement privés de sortie frown. Pour eux en particulier, mais aussi pour que tout le monde puisse profiter du spectacle, j'ai préparé une petite vidéo souvenir.





    Prenez le temps, et évadez vous 4 min au sommet du Piton des Neiges
    pour le Lever du jour  glasses  (Image HD et son sont au rendez-vous)

     

    A bientôt !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Maintenant que vous connaissez bien la route qui traverse le Cirque de Salazie pour vous conduire jusqu'au départ du Sentier Augustave (0h59m37s sur la vidéo), garons nos véhicules un petit moment et enfilons nos godillots le temps d'une immersion dans le mythique Cirque de Mafate.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     Clic sur la carte pour l'agrandir

     Le Sentier Augustave, qui est resté fermé plusieurs années pour des raisons de sécurité, a été ré ouvert depuis la fin du mois de septembre 2014. Cet accès au Cirque longe dans un premier temps la "Ravine Savon", pour suivre par la suite le cheminement de la canalisation d'eau sans laquelle la vie à Aurère serait bien différente de ce qu'elle est aujourd'hui.

    Les présentations étant faites, je vous propose de vivre la suite en images, sur ce parcours d'environ 6km aller, que chacun foulera à son rythme en fonction de sa condition physique, mais aussi en fonction des conditions météorologiques...

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)   Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate) 

    Départ du Lieu dit "Bord Martin" à 1550m d'altitude. Temps indicatif d'accès à Aurère : 2h10 -> pour bons marcheurs avec météo favorable.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Tout le monde est là ? Et bien, c'est parti pour la descente.

    A cette altitude, on est bien souvent la tête dans les nuages, et la nature profite au maximum des bienfaits de l'humidité ambiante.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Nous nous trouvons au milieu d'une végétation que l'on ne retrouve pas dans l'ensemble du Cirque de Mafate. Certains secteurs sont très secs, mais ici c'est bien loin d'être le cas. Attention à la glissade, ce n'est pas pour rien que cet endroit s'appelle "La Ravine Savon".

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Personnellement, j'adore les forêts primaires comme celles que l'on rencontre dans le secteur de Bélouve, et je suis surpris du fait de ma "petite" expérience de la retrouver par ici. Les Longoses, qui nous viennent des régions Himalayennes, apprécient elles aussi et s'y multiplient à tel point que leur évolution est incontrôlable (d'où leur classification en tant que "pestes végétales").

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     

     

    On les retrouve de partout,

     

    et à l'image des plantes épiphytes,

     

    elles arrivent même à pousser sur les arbres,

     

    au milieu des fougères et des orchidées.

     

     




    Nous descendons prudemment alors que les nuages restent pour l'instant au dessus de nos têtes.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate) 

    C'est à mon avis le temps idéal pour marcher, même si en contrepartie le paysage disparaît à une petite centaine de mètres devant nous.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     

     Peu importe,

    il y a de toute façon bien

    plus de choses à observer

    sur le sentier

    que ce que ma mémoire

    est capable d'enregistrer.

    Alors l'appareil photo va

    "bon train"...

     


    ... pour vous faire profiter de ce "Fanjan" à la chevelure majestueuse... mais aussi pour me permettre d'identifier par la suite les espèces rencontrées en cours de chemin.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     

    A cet endroit, le sentier 

     est plutôt du genre sec, mais

    par temps de pluie, c'est ce

    type de passage qui constitue

    la difficulté d'Augustave.

     

     


    Plus nous descendons, plus les nuages semblent reprendre leur place dans le ciel.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Nous apercevons même quelques trouées de bleu qui nous rappellent des souvenirs lointains glasses

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     


    Un panneau en piteux état

    nous rassure sur la direction à suivre,

    même si en réalité

    nous n'avons pas vraiment de doute

    en la matière.

     


    Ce passage à gué doit représenter une difficulté d'une autre dimension par temps de forte pluie...

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     

     

    Nous avons l'impression d'être au fond de la ravine,

    mais en réalité,

     

    nous sommes encore loin d'être arrivés

    au pied du rempart.

     

    Alors ne traînons pas même si les petites fleurs

     

    attirent notre regard pour nous retarder.

     

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     

     

     

    Celle ci porte justement le nom de "Petit Bois de Rempart".

    C'est une très jolie espèce indigène que l'on retrouve dans

    de nombreux endroits de l'île mais attention,

    elle est aussi toxique que jolie, et peut être mortelle pour

    l'homme et les animaux domestiques.

     

     


    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     

    Décidément,

    il est vraiment sympa 

    cet accès pour Mafate.

    Je ne pensais pas que l'on

    pourrait y trouver autant de

    verdure.

     

     


    Nous rencontrons un des premiers aménagements mis en place pour la sécurisation des lieux.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     Une simple rampe permet de se sentir bien plus en confiance dans ce genre de passage.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     

    Alors,

    qui se souvient du nom de cette grappe de fleurs ?

    Un indice : elle porte le nom de sa couleur...

     

    C'est une espèce de "Fuchsia" ( Fuchsia bolivina)

    que l'on appelle ici

    "Piment Z'anneau ou Flambeau d'amour" 

     

     

     

    Pour traverser, on se dit dit une nouvelle fois qu'il ne faut pas plus d'eau...

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     Et on repart en sous-bois...

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     C'est plutôt varié comme circuit ! 

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Je vous présente la première échelle du parcours. Pas vraiment de difficulté, si ce n'est pour nos amis à 4 pattes. Heureusement que notre poilue ne pèse que 6 kg...

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate) 

    D'ailleurs, la voilà notre chasseur de Tangue (lol). Pas trop près du bord "Boulette", pas trop près du bord !!!

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Other one. Rassurez vous, je ne vous les ferai pas toutes. C'est juste pour que vous jugiez de certaines difficultés, et de la limite de poids des animaux de compagnie qui peuvent vous accompagner.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    On est pas bien là ? Joli coin de nature non ?

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate) 

    Cette fois ci, va falloir grimper no

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate) 

    Incroyable ! Serions nous déjà arrivés ???

    Peut être que cette caze faite de tôles est un ancien snack prévu pour ravitailler les randonneurs ?
    Peut être que parmi vous quelqu'un sait ? Dans tous les cas, pas de fausses joies, Aurère est encore loin et il va falloir continuer à marcher.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Les nuages commencent à nous rattraper et ce n'est pas vraiment facile de savoir où l'on est.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Digne d'une via ferrata, ce passage à flanc de paroi ne laisse personne indifférent.
    Attention tout de même aux chutes de pierre qui peuvent subsister.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Pour ma part je trouve ça assez ludique, mais faut pas commencer à réfléchir sur la solidité...

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Est ce que ce serait Aurère que l'on aperçoit dans la "trouée" ?

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Le problème, c'est que nous avançons à présent sur un sentier parallèle à la ligne de crête
    et que pour rejoindre les habitations, il nous reste une grande Ravine à traverser...

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    D'ici le paysage est grandiose ! Devant nous, Aurère se précise perché sur un plateau, et en arrière plan, on imagine qu'il s'agit de l'entrée du Cirque par la Rivière des Galets.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     

    Nous n'avons encore croisé personne sur le sentier.

     

    Nous progressons dans cette immensité sans savoir quel est le prochain relief que nous allons rencontrer.

     

    Seuls au monde avec le chant des "Merle péï" pour nous accompagner...

     

     

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Le chemin ne semble pas se décider à plonger dans la vallée pour ensuite remonter...

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     

     

     Ti z'araignée elle, tend sa toile pour nous arrêter ?  shocked
     

    Bien connue de nos jardins des "Hauts",
     il s'agit d'une Néphile à la recherche d'insectes à prendre dans son filet.

     

     


    Miracle ou Merveille géologique inespérée, une passerelle naturelle nous permet de traverser !

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

     Le passage est étroit, à droite et à gauche ce sont des centaines de mètres de dénivelé qu'il aurait fallu affronter.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    L'accès à Aurère se fait ici à travers une forêt de Filaos que l'on ne s'attend pas à trouver si loin de leurs plages de prédilection.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Nous sommes bels et biens arrivés ! Ça sent bon le repos et la Dodo bien mérités !!!

     

    Aurère est un îlet des Hauts de l'île de La Réunion. Comptant une petite centaine d'habitants à l'année, il est situé sur la partie septentrionale du Cirque de Mafate entre le Piton Cabris à l'ouest

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    et la Crête de la Marianne au nord et à l'est

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    C'est un endroit où il fait bon se reposer.

    Aurère par le Sentier Augustave (Cirque de Mafate)

    Et du repos il va nous en falloir, car il faudra bien un jour ou l'autre penser à remonter...

     

                         J'espère que la balade vous aura plu et que vous n'êtes pas trop fatigués.

    Pour le retour, si vous êtes motivés, on passera par l'îlet à Malheur et le sentier Scout pour rejoindre la voiture que nous avons lâchement abandonné, là haut là haut du côté de Bord Martin. Vous vous en souvenez ?

     

    Pour consulter les autres articles de la catégorie "Randonnées", c'est ICI qu'il faut cliquer !

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire

  • Peur des 600 marches qui vous séparent de l’Enclos Fouqué, et pas vraiment d’attaque pour les 5H de randonnée qui permettent de découvrir le Cratère Dolomieu ?

     

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

    Il y a au Pas de Bellecombe, un sentier qui permet de longer le rempart en direction de l’Est.
    Une façon différente de découvrir les paysages volcaniques exceptionnels que nous propose ce site, et qui permet d’évoluer sur un terrain souvent ombragé tout en limitant le dénivelé à affronter.

    Je sens que la formule va plaire à certains d’entre vous, alors en route ! 

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

     Le départ est assez simple à repérer, il suffit d'avoir bien en tête de ne pas descendre, et de continuer tout droit sans bifurquer à droite au niveau de l'entrée de l'Enclos Fouqué. 

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

    Environ 3 à 4 heures de marche aller-retour sans difficulté particulière, pour effectuer une dizaine de kilomètres. Nous voici partis pour "Le Nez Coupé de Sainte Rose" en passant par le "Piton Partage". 

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

    Le sentier commence à monter dans les quelques premiers mètres, mais ne vous découragez pas de suite. Nous nous trouvons actuellement à 2319 m d'altitude, et le "Piton Partage" qui est le point culminant du circuit est à 2361 m.  

    Le Nez Coupé de Sainte Rose


    Nous sommes en plein hiver Austral, en "haute" montagne, le ciel est bien dégagé, et les températures ont du être plutôt basses cette nuit...

    On a souvent du mal à s'imaginer trouver de la glace sur une île tropicale en plein Océan Indien.

     

     

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

    Le terrain est "souple" et la végétation s'étoffe sur un secteur où je ne pensais pas la trouver.
    Ici des "Branle blanc" et des "Branle vert", des espèces endémiques de La Réunion.

     

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

     Derrière nous, le "Pas de Bellecombe" se fait de plus en plus petit.

     

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

    Et sur notre droite, nous découvrons la "Caldeira" sous un angle nouveau. C'est MAGNIFIQUE !

     

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

    Nous arrivons au "Piton Partage" et apercevons au loin le "Nez Coupé" ainsi que "Sainte Rose".

     

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

    Il vaut mieux que nous profitions au maximum de cette fenêtre sur le littoral, car la couverture nuageuse s'épaissie, et qu'il est fort probable que la vue soit bouchée lorsque nous arriverons à destination.

    Le Nez Coupé de Sainte Rose
    Nous voici au point culminant de ce parcours.

    Du "Piton Partage" ou "Piton Salé" le spectacle est grandiose.

    Les moins téméraires et 
    les Marmailles pourront rebrousser chemin ici. Plus loin le sentier plonge en direction du "Nez Coupé", et le retour demande un effort physique plus intense.

    En toile de fond : le "Piton des Neiges".

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

    Sur notre droite : le cône volcanique du "Piton de la Fournaise" avec à son sommet les cratères "Dolomieu" et "Bory".

    Le Nez Coupé de Sainte Rose
    Sur le flanc de notre beau Volcan, une multitude de cratères dont les noms ne nous surprennent plus, mais dont on ne connait pas forcément le visage.

    Ici, le "Piton Kapor" qui a vu le jour en 1998 au cours d'une éruption qui a duré plus de 5 mois ! Les coulées de lave engendrées ont rejoint cette année là l'Océan en deux endroits : à la Plaine des Osmondes, et sous le Rempart de Bois Blanc.

    Le Nez Coupé de Sainte Rose

     

     

    Là, le "Piton Célimène" apparut en 2000 et baptisé en hommage à Célimène Gaudieux. Chanteuse créole du milieu du XIXème siècle faisant la renommée d'une auberge de La Saline, Célimène sert encore à ce jour de symbole et de muse à la poésie et à la culture populaire de l'île de La Réunion.



    Après cette petite halte culturelle, laissons les uns rebrousser chemin tandis que les autres continuent leur avancée en direction du "Nez coupé".  

    Le Nez Coupé de Sainte Rose 

    Une nouvelle fois la végétation semble étonnamment luxuriante à proximité de ce site que nous avons l'habitude de voir aride et recouvert de coulées de laves plus ou moins récentes.

     

    Le Nez Coupé de Sainte Rose par le Piton Partage

     Le sentier continue son cheminement le long du rempart

    Le Nez Coupé de Sainte Rose par le Piton Partage

     Dans cette nature qui nous laisse tout de même admirer la Caldeira...

    Le Nez Coupé de Sainte Rose par le Piton Partage 

    ... Jusqu'à notre arrivée au Belvédère.

    D'ici, par temps clair, il paraît que le panorama est à couper le souffle. La vue est exceptionnelle sur le Grand Brûlé jusqu'au littoral et permet d'apercevoir le Piton de Crac qui abrite une forêt primaire presque inaccessible.

    Pour aujourd'hui, nous devrons nous contenter d'un tableau surnaturel.

    Le Nez Coupé de Sainte Rose par le Piton Partage 

    Sur notre droite, une ligne d'horizon entre Ciel et Océan semble survoler les nuages.

    Régulièrement, un cratère fait son apparition dans la Plaine des Osmondes, à travers ce tapis de coton, et avec un peu d'imagination on pourrait s'attendre à y voir des cosmonautes évoluer en lévitation.

    Le Nez Coupé de Sainte Rose par le Piton Partage 

    Sur notre gauche,  le tout aussi impressionnant "Cassé de la Rivière de l'Est" délimite "le Plateau du Fond de la Rivière de l'Est". On se croirait au bout du bout du Monde...

    Voilà pour ce qui est de cette jolie balade. Enfin, disons que nous n'en sommes pas encore à son terme, puisqu'il faut faire demi-tour et reprendre le sentier en sens inverse. Le dénivelé positif est plus important qu'à l'aller, et les jambes tireront sans doute un peu une fois de retour au Pas de Bellecombe, mais il n'y a aucun doute, vous ne regretterez jamais ce moment passé en immersion totale dans le Parc National de La Réunion.

     

    Les autres Randonnées de ce Blog

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Lorsqu'il pleut sur les Hauts et que les nuages gagnent du terrain jusqu'à l'océan indien, c'est le moment idéal pour une balade le long du littoral. 

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     
    Aujourd'hui, je vous propose de faire un tour dans le "Sud Sauvage" entre Saint Philippe et le Tremblet, à la découverte de sa végétation bord de mer et de ses paysages particuliers.

    Dans le centre de Saint Philippe, prendre à droite vers "la Marine" et rejoindre le départ du sentier.

    Lorsque vous voyez ce petit crabe vous indiquer de couper le moteur, c'est que vous êtes arrivés 

     
     Vous voici au départ d'un sentier d'un peu plus de 11 km que nous parcourons en environ 5H de marche tranquille. Pas de dénivelé, mais un aller simple qui demandera un peu de logistique de façon à retrouver un véhicule à l'arrivée, histoire de ne pas avoir à refaire le chemin en marche arrière. 

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    Le départ se fait sous les Vacoas , qui sont très présents tout au long sur cette partie de la côte, et qui nous feront profiter de leur ombrage une grande partie de cette randonnée.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    Ces arbres peuvent atteindre jusqu'à 7m à cet endroit, et les feuilles tombées au sol ainsi que leurs impressionnantes racines créent une ambiance particulière.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    Même si nous nous trouvons sur le littoral, le secteur est très humide. La nature adore ce mélange de chaleur et d'humidité, les plantes s'épanouissent dans cette atmosphère, les moustiques aussi... 

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     

     

     

    En cours de route, nous rencontrons et avons le temps d'examiner sous toutes leurs coutures ces orchidées grimpantes que l'homme prend soin d'entretenir dans ce jardin naturel.

    Vous l'avez reconnue ? Vous avez des doutes ?

    Pour ceux qui voudraient en savoir bien plus, je vous invite à faire un brin de lecture sur cet article.

    Il s'agit bien entendu de plans de Vanille qui font la fierté et la renommée d'une grande partie du sud et du sud-est de l'île.

     

     

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    Attention à la flaque ! Mieux vaut contourner que de traverser à la nage.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     
    En fonction de la saison, vous aurez l'occasion d'apercevoir les précieuses gousses qui mettront environ 9 mois avant d'arriver à maturité.


    Si vous avez de la chance, vous y verrez aussi leurs fleurs.

    Mais on ne fait que regarder... la Vanille ne pousse pas à l'état naturel ici, il s'agit de concessions plus ou moins bien entretenues.

     

    Les Vacoas laissent place aux Goyaviers, des arbres "envahissants" pour notre région, mais qui produisent des fruits rouges très appréciés des promeneurs et des cueilleurs du dimanche.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     

     

    Une fleur odorante fait la belle sur notre passage et nous incite à lever la tête.

    A dessus de nous de gros fruits ...

     

     

    Nous venons de passer sous un "Bonnet de prêtre". Ses fruits sont parfois utilisés pour faire de la déco, mais ce qui le rend remarquable, c'est qu'il est très résistant à l'eau et qu'il serait capable de flotter pendant 15 ans avant de trouver une Terre à coloniser.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    La végétation ne nous permet pas de voir l'Océan tout au long du parcours, mais quand le bleu fait son apparition, le spectacle prend de la profondeur.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    Le mélange ou le contraste des couleurs est un vrai régal pour les yeux.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     

     

     

     

     

    On repart en sous-bois.

     

     

     




     
    Notre chienne fait face à un obstacle qu'elle a du mal à contourner.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    La rivière donne de la fraîcheur et de la moiteur en ce lieu où nous pourrions souffrir de la chaleur.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    Rencontre des éléments...

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    Nous longeons les falaises de lave aux parois abruptes.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Encore des contrastes de couleurs.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     A mi-parcours, nous arrivons à "Puits arabe". On s'arrête un instant pour grignoter un morceau ?

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Ce site abrite un puits qui aurait permis à la population locale de s'approvisionner en eau douce lorsque celle ci ne coulait pas au robinet... 

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     C'est aussi le départ d'un circuit pédagogique accessible à tous, qui permet d'en savoir un peu plus sur les coulées de lave, en un lieu où elles ont gagnés 25 hectares lors d'une éruption en 1986.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Ne pouvant pas tout faire en même temps, je vous accompagnerai pour la visite un autre jour.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     C'est sous les Filaos que le sentier continue.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     La "Pointe de la Table" est l'une des formations de la coulée de 1986. Elle pointe vers l'Est.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Nous sommes un peu en hauteur, et un Paille en Queue se donne en spectacle.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Nous nous arrêtons un instant pour admirer son manège et prendre quelques photos. Quelqu'un aurait il entendu dire que les Paille en Queue étaient démunis de pattes ? Je crois personnellement souvent ce que je vois, et pour moi, il n'y a pas photo !

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Enfin si... il y a même THE photo    Merci bel oiseau !

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Le sentier continue à travers les coulées de lave où le soleil cogne,

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     avant de s'enfoncer à nouveau en sous-bois où l'humidité et la moiteur règnent.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Goyaviers, Fougères, Chocas, et "Boulette" (c'est l'un des surnoms de notre chienne).

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Parfois le chemin n'est pas bien large... et l'Océan jamais bien loin... Prudence !

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral    

    Des Diffenbacchia en liberté.


     Cette plante ornementale que l'on retrouve en appartement  en Métropole ou ailleurs est fortement toxique. Sa sève  attaque les muqueuses, elle est dangereuse pour les yeux  et peut provoquer des oedèmes... des ulcérations des  lèvres... de la langue... Elle a aussi des effet paralysants sur  le larynx et la langue. On l'appelle parfois "La plante des  sourds- muets"

     

    A manipuler avec précautions...

     

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    Une fontaine de fraîcheur... Le coin est humide et les plantes adorent ça.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     

     

     

     

     Les Songes vont au bout de leurs rêves

    les pieds dans l'eau

     

     



     

     

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Et nous, nous terminons notre rando en faisant attention à ne pas finir nous aussi à l'eau.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

    C'est une bien belle forêt que nous venons de traverser. Jusqu'à "Puits Arabe", il s'agit d'une réserve biologique où l'on tente de préserver des espèces, parfois endémiques, en voie de disparition dans le reste de l'île. Il est donc indispensable de respecter les lieux et d'éviter les prélèvements.

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     11,2 km sont notés sur le panneau à la sortie du sentier. Personnellement je suis assez content d'avoir été prévoyant et de pouvoir vous ramener par la route avec l'une des voitures que nous avons préalablement abandonnée au Tremblet sur le parking du "Vieux port".

    De Saint Philippe au Tremblet par le littoral

     Par contre, si vous n'êtes pas trop fatigués, il serait quand même dommage de ne pas profiter d'aller jeter un coup d'oeil sur la plage en contre-bas. Vous vous en rappelez ? Il s'agit de la plage d'Alan.

     

    Je vous souhaite à tous de passer d'excellentes fêtes de fin d'année. Si l'on ne se revoit pas avant, ce sera sans doute l'année prochaine, alors je vous dis : " à l'an que ven, que se siam pas mai, que siguem pas mens" ! 

     

    Les autres Randonnées de ce Blog

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

    Passage obligé pour se rendre au pied du Piton de la Fournaise, la Plaine des Sables est un surprenant plateau perché à 2260m d'altitude.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet 2646

    D'après les spécialistes, son histoire remonterait à quelque chose comme 65000 ans...

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet 2652

    ... et sa formation serait la conséquence d'une multitude d'effondrements de surface suivis de remplissages/nivelages du fait de diverses éruptions volcaniques.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet 2794

    Dernière en date sur ce site il y a environ 1000 ans, une importante explosion du Piton Chisny répend des projections plus ou moins grossières sur l'ensemble de la Plaine et lui donne l'aspect lunaire qu'on lui connait aujourd'hui.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-2880.JPG

    Etrange sensation que de traverser cette immense étendue de "Scories", décor idéal pour le tournage de la course poursuite du dernier Mad Max, ou l'atterrissage des vaisseaux du nouveau Star Wars...

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet 2665

    Au Nord, la Plaine s'écoule vers le fond de la "Rivière de l'Est",

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet 2678

    Au Sud, elle dégringole en direction de "Grand Galet" par la "Rivière Langevin".

    C'est d'ailleurs par là que je vous propose d'aller user vos semelles aujourd'hui, voir un peu ce qui se passe au delà du précipice... 

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6322.JPG

    Nous voici en plein milieu de la Plaine des Sables à proximité du Piton Chisny, et si je n'avais qu'un seul conseil à vous donner, il serait de bien lacer vos chaussures.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6322.JPG

    Nous voici en plein milieu de la Plaine des Sables à proximité du Piton Chisny, et si je n'avais qu'un seul conseil à vous donner, il serait de bien lacer vos chaussures.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6324.JPG 

    Nous sommes partis pour 6H de marche, 13 km au cours desquels nous descendrons les 1760m de dénivelé qui nous séparent de Grand Galet. En avant pour l'aventure !

     

     Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6335.JPG

    Laissons derrière nous la route et la voiture qui étaient jusque là nos seuls liens avec la civilisation, et avançons droit vers le sud à la découverte de ce qui se cache derrière le décor.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6331.JPG

    Nous traversons la moitié de la Plaine sur la Pouzzolane avec un peu la sensation de marcher sur des biscottes.

    Ici, la végétation se résume à quelques bouquets de "Bouton Doré"

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6338.JPG

    Plus loin, les projections sont plus grossières, et les "croûtes" de laves semblent se dresser pour nous empêcher de passer...

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6352.JPG

    Nous approchons du bout du bout du monde...

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6355.JPG

    La Plaine des Sables se jette dans le vide à la manière d'une cascade.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6360.JPG

    Et nous allons devoir nous aussi descendre plus de 200m en contrebas.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-2694.JPG

    Pas question pour nous de nous jeter, alors nous suivrons un sentier étroit sur cette paroi abrupte.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6384-copie-1.JPG

    La Plaine des Sables est maintenant derrière nous. D'ici, on arrive à avoir une idée de l'épaisseur des coulées de lave, et on est bien content qu'elles ne soient plus en fusion...

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet 6397

    Nous suivons le lit de la rivière lorsque nous croisons une équipe qui à opté pour faire la rando dans l'autre sens... Pour ma part, je n'y avais même pas pensé ! (lol)

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6388.JPG

    Mais ne nous laissons pas distraire, il faut continuer à avancer vers le sud.
    Devant nous, un nouveau précipice menace de nous couper la route.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6404.JPG

    Nous sommes à 1760m d'altitude, nous venons de descendre 500m de dénivelé et il nous en reste 1260. Notre objectif se situe au niveau des habitations que l'on devine dans le fond de la ravine.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6408.JPG

    Le sentier est raide et l'on retrouve une végétation qui était quasi inexistante jusque là.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6413.JPG

    A nos pieds, un secteur que l'on appelle "Le Grand Pays".

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6429.JPG

    Nous croisons une fougère arborescente, c'est un signe...

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6432.JPG

    Le signe que petit à petit...

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6434.JPG

    ... nous avons définitivement quitté l'aridité d'une Plaine des Sables pour l'humidité d'une forêt primaire.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6422.JPG

    Au dessus de nos têtes, le "Morne Langevin" culmine du haut de ses 2380m.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6437.JPG   Nous voilà arrivés au "Grand Pays".

     

     Un nom digne d'une quête... peut être celle d'avoir dégringolé quelques 1260m de dénivelé... Mais si il nous faut du "courage", c'est que nous ne sommes pas encore au bout de nos efforts.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6435.JPG

    Nous traversons une immense forêt de Filaos. Le sentier est souple et plat, un vrai bonheur pour nos jambes et nos articulations que nous avons jusque là mises à dures épreuves.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6445.JPG

     Un répis de courte durée.

    Notre chemin reprend une nouvelle inclinaison.

    Nous essayons d'oublier nos genoux et admirons le paysage.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6446.JPG

    Devant nous, la "Grande Ravine" semble interminable et ne laisse toujours pas apparaître d'habitation.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6455.JPG

    Nous sommes sauvés... On voit la Vierge !

     

    Nous ne nous trouvons pas dans le Massif de la Touffe (lol) mais à Cap Blanc.


    La carte donne une altitude d'environ 850m. On se rapproche...

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6456.JPG

    Un refuge où nous posons nos sacs quelques minutes le temps de reprendre un peu d'énergie.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6465.JPG

    Mais pas le temps de traîner. Nous tenons le bon bout, alors ne nous laissons pas refroidir !

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6466.JPG

    La civilisation n'est plus très loin. Nous rencontrons même des êtres humains.

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6473.JPG

    Alors que le printemps pointe son nez au fond de la vallée

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6482.JPG

    Nous arrivons à proximité de "Grand Galet".

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6488.JPG

    Prêts pour le chemin du retour ?

     

    Plaine-des-Sables-a-Grand-Galet-6489.JPG

    Derrière nous la vue est grandiose. Et dire que nous étions là haut il y a quelques heures...

     

    Il y a bien longtemps que nous souhaitions vivre cette aventure. Nous en avons pris plein les yeux, plein les jambes, et même quelques jours de courbatures après...
    Nous sommes supers heureux de l'avoir fait !

     

    Les autres Randonnées de ce Blog

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique